Francofonia, le Louvre sous l’Occupation (2015) d’Alexandre Sokourov

Alexandre Sokourov, après quatre années d’absence, revient avec Francofonia, une œuvre hybride mêlant fiction, images d’archives, réflexions de l’artiste sur l’œuvre qu’il est en train de créer ainsi que sur le sujet de son film, à savoir le Louvre à travers l’histoire, permettant ainsi au cinéaste d’élargir sa réflexion sur des thématiques universelles.

Francofonia-le-Louvre-sous-l-Occupation-critique-film-Aleksandr-Sokourov

Continuer la lecture de Francofonia, le Louvre sous l’Occupation (2015) d’Alexandre Sokourov

Publicités

Mia Madre (2015) de Nanni Moretti

Après Habemus Papam, Nanni Moretti retourne à une veine plus intimiste avec Mia Madre, un film très sobre et empreint d’un certain classicisme, qui peut faire penser à certains films de Clint Eastwood dans lesquels ce dernier se concentrait en particulier sur les sentiments et les relations entre les personnages. Car Nanni Moretti aime les personnages de son film et ça se voit. Il nous montre avec beaucoup de subtilité et de sensibilité la manière dont un frère et une sœur reçoivent et endurent la nouvelle de la mort prochaine de leur mère.

mia-madre2

L’autre réussite du film est la formidable réflexion déployée par Nanni Moretti, à travers le personnage joué par Margherita Buy, sur le travail de cinéaste, qui est bien évidemment influencé par les expériences et les drames vécus par le cinéaste, qu’ils soient collectifs, avec notamment le sujet du tournage mené par la cinéaste et qui n’est autre qu’un constat de l’impact de la crise économique sur le tissu industriel italien, ou bien personnels, avec la perte d’un parent. Ce dernier sujet n’a pas été choisi par hasard puisque Nanni Moretti a perdu sa mère durant le montage d’Habemus Papam. Selon ses dires, l’idée de faire un film à partir de ce drame personnel lui est venue très rapidement à l’esprit. Pour lui, l’émotion joue le plus souvent un rôle d’impulsion première dans sa création.

Continuer la lecture de Mia Madre (2015) de Nanni Moretti

Le Fils de Saul (2015) de László Nemes

Auschwitz – Birkenau, octobre 1944. C’est au cœur de la machine de mort hitlérienne que se déroule Le Fils de Saul, premier long métrage du hongrois László Nemes, un film à l’ambiance particulièrement poisseuse, tourmentant l’esprit bien au-delà du visionnage.

La caméra de László Nemes saisit l’horreur au plus près des chambres à gaz, où les sonderkommandos – des prisonniers bénéficiant d’un statut et d’un traitement à part – assistent les SS dans la mise en œuvre de la Solution finale. Le jeune Saul est l’un d’entre eux. Son visage pâle et fatigué, ses yeux cernés et son regard rempli de peur contenue témoignent de la certitude de ce dernier quant à son sort final, du calvaire vécu et de l’effroi face à la vision de quelque chose d’indicible.

le fils de saul 3.jpg

Continuer la lecture de Le Fils de Saul (2015) de László Nemes

Pourquoi ce blog ?

Il s’agira essentiellement de publier des critiques de films. Je pourrai aussi de temps à autre parler d’autres éléments en rapport avec le cinéma, en m’attardant par exemple sur une thématique, une actualité ou un livre qui me semble important. Pour aller plus loin dans la description de ce que sera ce blog, appuyons-nous sur le nom de celui-ci : 7ème art : une balade cinématographique, les yeux grands ouverts.

Tout d’abord, il s’agira de parler de cinéma par le biais de critiques portant sur des films sortis récemment au cinéma, bien que cela ne m’empêchera pas de revenir sur des films plus anciens qui méritent d’être découverts ou redécouverts. Ensuite, je parle de balade cinématographique car étant donné ma fréquence de publication, un ou deux articles de temps en temps, il me faudra faire une sélection. Je ne vise pas l’exhaustivité car si j’avais cette prétention, à force de vouloir parler de tout je risquerais de ne parler de rien. Je préfère choisir, sélectionner un film en particulier puis critiquer celui-ci en tentant de le replacer dans l’histoire du 7ème art, cet art si vivant et si riche et pourtant si récent.

Continuer la lecture de Pourquoi ce blog ?